Comprendre la Constipation

En nutrition la constipation consiste à un ralentissent du transit. En moyenne les matières fécales restent 24 à 36H avant d’être éliminé, en cas de constipation elle reste plus de 36H dans le côlon.

Par Laetitia Diététitienne

1. Généralités


En nutrition la constipation consiste à un ralentissent du transit. En moyenne les matières fécales restent 24 à 36H avant d’être éliminé, en cas de constipation elle reste plus de 36H dans le côlon. On parle de constipation quand le nombre de selles est inférieur à 3 selles par semaine.

Mécanismes dans la constipation


Il existe deux grands mécanismes pour la constipation :

  • La constipation dite de progression où les matières fécales rencontrent des difficultés à « avancer » dans le colon.
  • La constipation dite d'évacuation où les matières fécales rencontrent des difficultés à «sortir » et restent bloquées dans le rectum.

Types de constipation


Il existe deux grands types de constipation :

  • La constipation occasionnelle qui est ponctuelle et liée à un évènement : un voyage, une grossesse, un stress...Elle dure moins de 6 mois.
  • La constipation chronique: quand la constipation dure depuis au moins 6 mois.

2. La digestion


Constipation : l'appareil digestifLa digestion est un processus complexe qui consiste dans la modification à la fois chimique et physique des aliments ingérés. Les aliments vont être transformés en nutriments qui vont être captés par la circulation sanguine afin d’être utilisés. Les nutriments vont être fonction de la nutrition et du régime alimentaire. La digestion commence au niveau de la bouche, puis dans l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle, le côlon et se termine au niveau du rectum. La digestion dure en moyenne 24 à 36H entre la mise en bouche et l’évacuation par le rectum. Ce temps est fonction du type du régime alimentaire et de la nutrition (aliments ingérés, de la quantité, de l’hydratation et du nombre de fibres).

Voici les différentes étapes de la digestion:

La bouche


La première étape de la digestion se situe au niveau de la bouche où il va se produire 2 mécanismes :

  • Mécanique : Les aliments vont être broyés, pétris et écrasés par les dents et la langue.
  • Chimique : Les aliments vont être mélangés à la salive (sécrétée par les glandes salivaires) qui contient des enzymes qui vont commencer la digestion des aliments. De plus, la salive va permettre de lubrifier les aliments et de faciliter leur descente vers l’estomac.

A la suite de ces deux étapes, les aliments vont être transformés en bol alimentaire qui va continuer sa route dans l’œsophage.

L’œsophage


L’œsophage est un tube d’environ 30cm qui relie le pharynx à l’estomac.
Le bol alimentaire va descendre dans l’œsophage où il va être guidé jusqu’à l’estomac grâce aux contractions de l’œsophage.
L’épiglotte va empêcher le bol alimentaire de remonter et de passer dans la trachée.

L’estomac


Dans l’estomac le bol alimentaire va subir 2 mécanismes :

  • Physique : avec les contractions qui vont écraser les aliments.
  • Chimique : l’estomac va secréter des sucs gastriques qui vont transformer le bol alimentaire bouilli que l’on appelle le chyme. Les sucs gastriques sont : la pepsine (qui va dégrader les protéines), la lipase (qui dégrade les lipides), la chymosine (pour la digestion de la caséine) et l'acide chlorhydrique (qui a une fonction antibactérienne).

Le temps de digestion dans l’estomac est variable d’une personne à l’autre : entre 3 heures et 7 heures. Le temps dépend du régime alimentaire, de la nutrition et de la personne.

Une fois la digestion terminée dans l’estomac le chyme va être déversé dans l’intestin grêle.

L’intestin grêle


L’intestin grêle est un long tuyau d’environ 6 mètres qui participe à l’absorption des nutriments dans la circulation sanguine. Il est constitué de trois parties : le duodénum, le jéjunum et l'iléon. Les sucs digestifs comme la bile (issue du foie) et les sucs pancréatiques (issus du pancréas) vont participer à cette digestion.

L’absorption se fait grâce à la muqueuse de l’intestin grêle qui est tapissée de plis et de villosités.

L’intestin grêle va permettre l’absorption :

  • Du glucose.
  • Des acides aminés.
  • Des acides gras.
  • Du glycérol.
  • Des triglycérides.
  • De l’eau.
  • Des sels minéraux.
  • Des vitamines.

A la fin de l’intestin grêle, le chyme dépourvu des nutriments essentiels au corps va être déversé dans le côlon.

Le côlon


Le côlon mesure 2 mètres environ, il va recevoir toutes les matières non utilisables qui va réabsorber une partie de l’eau quelles contiennent. Les déchets qui restent après l’absorption de l’eau se nomment fèces ou matières fécales vont être poussées vers le rectum pour être expulsées. La vitesse de migration des matières fécales est variable d’un individu à l’autre, elle est fonction de son régime alimentaire, de sa nutrition et de son hydratation. En effet, un régime pauvre en fibres et/ou un régime pauvre en eau vont ralentir la migration de selles. A l’inverse un régime riche en fibres et/ou un régime riche en eau vont accélérer la migration.

Le rectum


Le rectum est l’organe de la partie terminale de la digestion, les matières fécales vont être stockées dans l’ampoule rectale jusqu’à ce qu’elle soit remplie. Une fois pleine la pression va entrainer des contractions du sphincter l’expulsion des matières fécales.

3. La constipation: les causes


Différentes causes sont responsables de la constipation :

  • La nutrition et les régimes alimentaires non adaptés : régime pauvre en fibres, régime amaigrissant ou régime minceur restrictif qui dérègle le transit, régime protéiné qui favorise les stases de matières fécales.
  • L’activité physique : le manque de sport réduit le péristaltisme et ralentit l’évacuation des selles.
  • Le stress et l’anxiété qui perturbent l’appareil digestif.
  • Certains médicaments qui vont avoir un effet constipant.
  • Les pathologies qui entraînent la peur d'aller aux toilettes : hémorroïdes et fissure anale par exemple.
  • Le réflexe de défécation qui se fait mal, avec une rétention de la matière fécale au lieu d'une évacuation ; une rééducation chez un kinésithérapeute peut s'avérer alors nécessaire.
  • Maladies: certaines maladies peuvent conduire à de la constipation comme l’hypothyroïdie, l’insuffisance rénale ou un cancer colorectal.

Constipation : les fibres

La nutrition


En nutrition, le manque de fibres et d'eau conduit à de la constipation. De plus certains aliments facilitent le transit alors que d'autres vont la provoquer. Un régime non adapté et non équilibré est la cause la plus fréquente de constipation.

a. Les fibres:

Les fibres ont une action centrale dans la lutte contre la constipation, en effet elles vont permettre la régulation du transit.
Il existe deux sortes de fibres : les fibres solubles et les fibres insolubles ; chacune d’entre elles a une action spécifique sur le transit.

  • Les fibres "insolubles" qui ne vont pas se dissoudre et qui vont se gorger d'eau dans l'intestin. Une fois pleines d'eau, les fibres "insolubles" vont avoir un effet de lest en augmentant le volume des selles et en les "poussant" vers le rectum pour être évacuées. On retrouve les fibres "insolubles" dans les céréales complètes, les fruits et les légumes par exemple. Pour lutter contre la constipation sans irriter les intestins il faut le juste dosage de fibres, qui doit être adapté au type de constipation et à la sensibilité individuelle de chacun.
  • Les fibres "solubles" vont se digérer et se mêler à l'eau pour former un gel qui va améliorer le transit. On les trouve dans les fruits, les légumes secs...Ces fibres "solubles" réduisent légèrement la constipation, mais sont beaucoup moins efficaces que les fibres "insolubles".

b. Les aliments "anti constipation":

Constipation : les pruneauxCertains aliments vont avoir des vertus anti constipation grâce à leur richesse en fibres. Mais il faut être vigilant à la quantité consommée et à la durée de consommation, car en fonction des aliments la durée de prise doit être courte, car ils peuvent être irritants pour les intestins. Il n'existe pas une constipation, mais des constipations qui doivent être traitées en fonction de votre profil: durée de la constipation, quantité de fibres absorbées par jour, sensibilités de vos intestins...

c. Les aliments "anti constipation" les plus "connus" sont:

  • Les pruneaux: qui sont riches tant en fibres solubles qu’insolubles, utilisé en bonne quantité par rapport aux apports journaliers en fibres, le pruneau est très efficace et non agressif pour l'appareil digestif. De plus, le pruneau est riche en sorbitol qui est un laxatif naturel ce qui donne un coup de pouce supplémentaire pour lutter contre la constipation.
  • La rhubarbe: qui est riche en fibres insolubles va permettre un effet de lest si elle est consommée de façon régulière en compote par exemple.
  • Le tamarin: qui est un fruit très riche en fibres et en mucilages, agressif pour les intestins il doit être utilisé de manière contrôler et ponctuel.
  • La graine de lin: très riche en fibres et en "bonne graisse" elle est très efficace pour lutter contre la constipation, mais doit être consommée en quantité contrôlée en fonction du nombre de fibres journalières pour ne pas irriter les intestins, ce qui pourrait provoquer des ballonnements et/ou des diarrhées.
  • Son de blé: c’est l'aliment le plus riche en fibres insolubles, mais il est aussi irritant s'il est consommé avec excès et de façon non adaptée à l'alimentation et à la constipation. Le son de blé doit donc être introduit dans le régime alimentaire après un calcul de l'apport en fibres alimentaires pour prescrire le juste dosage adapté à votre constipation.

d. Les aliments qui "constipent":

Certains aliments vont favoriser la constipation par exemple le riz, car il va avoir tendance à capter l'eau et "sécher" les selles, de plus le riz est riche en amidon qui va ralentir le transit. Pour lutter contre la constipation il est donc primordial de fortement limiter l'absorption des aliments qui constipent".

e. L'hydratation:

Constipation : l'hydratationL'hydratation est un élément clé dans la lutte contre la constipation, en effet un apport insuffisant d'eau va rendre les selles plus sèches et donc difficiles a émettre.
Le juste besoin en eau est fonction de l'activité, de la température par exemple, il est donc primordial de l'adapter aux différents moments de sa vie. Prenons comme exemple une période de forte fièvre, la température corporelle est très forte et la transpiration plus forte, les besoins en eau sont nettement plus importants et il est indispensable de les combler.
Veillez à ne pas attendre d'avoir soif, car quand on a soif c'est que l'on est déjà déshydraté. Pour limiter la constipation, il faut absolument être hydraté tout au long de la journée.

f. Les régimes:

Les régimes minceur ou les pertes de poids trop restrictifs ou déséquilibrés conduisent régulièrement à de la constipation. Le régime protéiné en particulier, car l'excès de protéines conduit à un ralentissement du transit et une forte stase des matières fécales.
Les régimes restrictifs sont dangereux pour la santé physique et mentale, mais de plus ils sont incompatibles avec la constipation, car il l'aggrave.

L'activité physique



Constipation : le sportL'activité physique est un élément central dans l prise en charge de la constipation. En effet, le manque d'activité et la sédentarité augmentent la stase des matières fécales.
Le péristaltisme digestif, c’est-à-dire les contractions des muscles digestifs permettant de faire avancer les matières fécales sont augmentées par l'activité physique en particulier la marche. À titre d’exemple la baisse de l’activité physique et également de l’hydratation chez les personnes âgées augmentent les problèmes de constipation. Plus on avance en âge plus on constate que la baisse d’activité peut être mise en parallèle avec la majoration de la constipation.
Augmenter son activité physique en cas de constipation est donc un moyen simple et efficace de la réduire.

Le Stress et anxiété


L’impact nocif du stress sur la santé n’est plus à démontrer, il a également un impact défavorable sur la constipation. En effet, les intestins appelés aussi « le deuxième cerveau » peuvent sous l’effet de stress provoquer des ballonnements et conduire à des phases de constipation plus ou moins longues.
Par ailleurs, des études ont démontré que la constipation peut être liée à un processus d'anxiété autour d’une fixation sur la constipation: le chat qui se mord la queue, en effet plus on pense à la constipation plus on est constipé.
Limiter le stress et ne pas penser à la constipation permet de rééquilibrer le transit, il est indispensable de prendre du temps pour soi et pourquoi ne pas faire un peu de sophrologie ou de yoga.

Les médicaments


Certains médicaments vont avoir comme effets secondaires de ralentir le transit par exemple la morphine, la codéine, les supplémentassions en fer, les antidépresseurs.... En cas de doute, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien qui pourra vous conseiller. N'hésitez pas à dire que vous êtes constipé pour que votre médecin adapte au mieux vos traitements.

Hémorroïdes et fissure anale


Les hémorroïdes et la fistule anale entrainent une forte constipation par peur de la douleur. En effet:

  • Les crises hémorroïdaires sont des groupements de vaisseaux sanguins qui se sont dilatés et qui vont conduire à des douleurs au niveau anal plus ou moins fortes en fonction de la grosseur des vaisseaux. En cas de défécation les selles surtout si elles sont dures vont frotter voir abimer les hémorroïdes provoquant des douleurs et/ou des saignements.
  • La fissure anale est une plaie au niveau de l'anus qui va avoir une grande difficulté à cicatriser de par son positionnement, chaque défécation va provoquer une nouvelle ouverture de cette plaie et les douleurs qui en découlent. Le plus souvent une chirurgie s'impose pour refermer la plaie.

Trouble de la défécation


Certaines personnes souffrent d'un trouble de la défécation, le réflexe se fait mal et les matières fécales restent "bloquées" dans l'ampoule rectale. Une rééducation chez le masseur kinésithérapeute doit être effectuée pour "réapprendre" le réflexe de défécation. Cette rééducation doit se faire à vide c’est-à-dire avec l'ampoule rectale vide, les exercices consistent à contracter puis relâcher le sphincter.

Maladies


Dans certains cas des maladies peuvent provoquer de la constipation comme une insuffisance rénale chronique, une hypothyroïdie, des troubles neurologiques ou encore un cancer du rectum ou du côlon...
En cas de constipation subite sans réelle cause, il est fréquent que votre médecin fasse des examens plus poussés (gastroentérologue, prise de sang) pour vérifier que la constipation ne cache rien d'autre.

4. La constipation: les traitements


la nutrition


La nutrition est le traitement de choix dans la majorité des cas. Pour réduire la constipation et réguler le transit, il est nécessaire:

  • d'avoir un apport suffisant en fibres (en moyenne 30g par jour), sachant qu’il faut un juste équilibre entre les fibres solubles et insolubles pour ne pas irriter l'appareil digestif. La nutrition doit donc être équilibrée en fruits, légumes, légumes secs, céréales...Il est nécessaire de calculer les apports journaliers en fibres et d'ajuster la quantité en fonction du nombre de selles par semaine. En effet, un taux trop élevé de fibres va conduire à des troubles digestifs: ballonnements, diarrhées et douleurs; alors qu'un taux trop faible ne résoudra pas le problème de constipation.
  • Limiter voir éliminer dans certains cas les aliments qui favorisent la constipation, à cause de leur taux d'amidon ou à cause de la capacité à absorber l'eau dans les intestins.
  • De favoriser les aliments qui accélèrent l'avancée des selles. Comme l'utilisation en juste quantité du pruneau, du son ou encore de la graine de lin; pour accélérer le transit sans pour autant l'irriter.
  • D'adapter le volume hydrique journalier pour que les selles soient suffisamment hydratées et favoriser de ce fait la progression dans les intestins et l'ampoule rectale.
  • De ne pas faire de régime restrictif en particulier des régimes protéinés qui pourraient conduire à des fécalomes. Un fécalome étant une boule sèche de matière fécale qui ne s'évacue pas est qui peut conduire à une occlusion.

Le régime anti constipation doit donc être établi avec minutie et doit être adapté au type de constipation.

Les traitements médicamenteux


En cas de constipation qui ne peut se régler uniquement avec la nutrition et un régime anti constipation, le médecin ou le pharmacien vous prescrira un traitement médicamenteux auquel il est indispensable de respecter la prescription.

Il existe plusieurs types de traitements en fonction de type de constipation:

  • Les mucilages: qui vont avoir pour action de se gonfler avec l'eau et d'augmenter le volume des selles. Ce traitement de lest va permettre aux selles d'avancer plus vite et de s'évacuer plus facilement, car l'augmentation de la masse de selles va provoquer des contractions musculaires nécessaires à la défécation.
  • Les laxatifs osmotiques: qui vont attirer l'eau dans le côlon, permettant ainsi une augmentation de l'hydratation des selles et de leurs volumes. Comme pour les mucilages l’augmentation du volume des selles va provoquer des contractions musculaires et favoriser la défécation.
  • Les laxatifs lubrifiants: qui vont comme leur nom l'indique lubrifier les selles et favoriser leurs avancées et leurs évacuations.
  • Les laxatifs stimulants: qui vont irriter la paroi pour forcer le corps à réagir et provoquer de fortes contractions conduisant à l'évacuation des selles.
  • Les laxatifs par voie rectale: qui vont augmenter le volume des selles dans l'ampoule rectale et favoriser une élimination rapide dans les 15 ou 20 minutes qui suivent. Ce type de laxatif doit être utilisé uniquement pour une constipation terminale.

La naturopathie et aromathérapie


Il existe des plantes qui permettent d'accélérer le transit et de réduire la constipation, mais il est très important de respecter la dose prescrite et la durée. En effet, ils sont souvent irritants et sur le long terme ne règlent pas la constipation et au contraire ils l'aggravent. Demandez toujours des conseils à votre pharmacien et ne faites pas d'auto médication.
Les huiles essentielles peuvent elles aussi être utilisées en cas de constipation, mais leur application doit respecter les indications et ne doivent pas être donné aux enfants, aux femmes enceintes et aux femmes allaitantes.

L'Homéopathie


L'homéopathie peut dans certains cas être un coup de pouce pour augmenter le péristaltisme, réduire les ballonnements digestifs et réduire les douleurs. Une consultation chez un médecin homéopathe peut être effectuée pour adapter le traitement.

Constipation : les massages

Les massages


Des massages existent et sont très efficaces pour lutter contre la constipation. Ils doivent être réalisés dans le calme et peuvent être associés à des huiles essentielles spécifiques pour la constipation.

Les paramédicaux


Les paramédicaux peuvent être conseillés en fonction du type de constipation:
  • Masseur kinésithérapeute: qui réalise une rééducation du réflexe de défécation, une rééducation du périnée et de l'anus.
  • Ostéopathe: qui peut "manipuler" le bassin et le colon, favorisant ainsi l'évacuation des selles.

Découvrez nos programmes de suivi alimentaire

Suivi de grossesse Perte de poids Baisse du cholésterol Fin de la constipation